Histoire des Marquises

1595 : 1er contact avec l' Europe, Alvaro de Mendana, portugais au
service du roi d' Espagne pour qui il cherche de l' or et des épices est
étonné et témoigne: "Les indigènes ne sont pas des sauvages,ni des
primitifs".
Mais il prend possession du groupe sud des îles au nom du roi
d' Espagne et la première messe catholique est dite à Vaitahu (Tahuata)rebaptisée"Madre de Dios".
1595 à1774 l' archipel sans or ni épices n'intéresse plus l' Europe.
1774 James Cook durant son 2ème voyage autour du monde débarque lui aussi à Vaitahu qu' il rebaptise du nom de son bateau: "Resolution bay".
Cook et son équipage dont des savants et artistes témoignent de la beauté des insulaires, de leur sveltesse, leurs gestes.
Le contact est amical mais l ' incompréhension mène Cook à faire feu sur un "voleur". . .
1791 Ingraham (américain) découvre le groupe nord de l ' archipel à bord du "Hope".
2 mois plus tard Etienne Marchand capitaine Français du "Solide" découvre Ua pou (l' appel le Marchand) et étend ses prises de possession à l ' ensemble de l ' archipel rebaptisé" Îles de la révolution".
18 ème et 19 ème siècle on voit s' intensifier la présence de navires militaires, de missionnaires, de commerçants européens, américains, australiens en quête de bois, fruits, nacres, huiles et essences exotiques.
Les Marquises deviennent une escale pratique du Pacifique.
Les baleiniers y relâchent de plus en plus souvent et les marins souvent enrôlés de force, individus aigris, ivrognes, sans scrupule, porteurs de virus et microbes sont ainsi introduits dans les îles.
Les conséquences seront dramatiques pour les marquisiens.
L' alcool fait rapidement des ravages,les maladies se propagent, le troc change le mode de vie et les armes détruisent l ' équilibre des tribus.
Les santaliers engendrent un pillage des îles, des centaines de tonnes de bois précieux sont échangés contre de l ' alcool, des armes, tissus et bimbeloteries.
Les gouvernements occidentaux commencent à envoyer des bâtiments militaires pour surveiller et affirmer leur présence dans la zone.
David Porter, Bougainville, Dupetit Touars, Dumont d' Urville. . . donnent matière à de nombreuses documentations.
1842 Dupetit Touars utilise son amitié avec le chef Iotete en vue de l ' annexion des îles: Les Marquises deviennent françaises.
L' administration coloniale et l ' implantation catholique entraînent la désorganisation des structures traditionnelles, la perte des valeurs, de nouvelles habitudes alimentaires et vestimentaires inadaptées.
Les maladies déciment la population saine et sans défense. D' abord la syphilis, la lèpre, la tuberculose puis la grippe espagnole.
1863 épidémie de variole.
1888 Les Marquises se sont transformées en "îles silencieuses qui sentent la mort" (Robert Louis Stevenson).
L' estimation de Cook au 18em siècle d' environ 100. 000 hommes passe à 2096 personnes en 1926.
1923 à 1926 Louis Rollin , médecin français, stoppe cette tragédie grâce à une campagne de vaccination et de soins.
1926 à 1978 En plus des pertes humaines, les missionnaires interdisent l ' usage de la langue marquisienne, les coutumes païennes telles que le tatouage, le port de fleurs, la nudité, l' usage du monoï (pani), les cérémonies. . . Ils détruisent les sites sacrés pour y construire des églises, la culture ancestrale sombre doucement dans l' oubli.
1978 Création de l' association Motu haka (rassemblement) qui par l' enseignement de la langue marquisienne dans les écoles, la création de petits musées dans toutes les îles, des ateliers de sculpture, de danses permet à la culture de renaître... Les tatouages strictement interdits réapparaissent.
1987 1ère édition du festival des arts à Ua pou, chaque île de l' archipel envoie une délégation présenter ses danses, chants, artisanat, tatoueurs, pirogues, sports traditionnels. . .
Depuis cette 1 ère édition un festival a lieu tous les 4 ans sur la Terre des Homme.
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now